24/09/2018 - 12/01/1440 | 0522475281 | info@ecolia.ma

Compétences de Base Universelles : Maroc 73ème sur 76

Compétences de Base Universelles : Maroc 73ème sur 76
  • Publié le 06-10-2016 à 01:39
  • Auteur: La rédaction Ecolia
  • Nombre de commentaires: 0
  • Commenter l'article
C'est ce qui ressort du rapport 2015 de l'OCDE intitulé Universal Basic Skills : What Countries Stand to Gain ? et qui vise à évaluer les compétences de base universelles acquis par les enfants de 15 ans dans 76 pays.

Pour établir ce classement, les auteurs se sont basés sur 2 études :
- le PISA 2012 (Programme for International Student Assement, Programme international pour le suivi des acquis des élèves)
- le TIMSS 2011 (Trends in International Mathematics and Science Study, Tendances de l'étude internationale sur les Mathématiques et les Sciences)

Programme PISA
Le programme PISA est un ensemble d'études, menées par l'OCDE, visant à mesurer les performances sur les compétences de lecture, mathématiques et sciences
pour les enfants de 15 (qui correspond dans la plupart des pays à la fin de l'obligation scolaire).
Les évaluations sont organisées tous les 3 ans, en mettant l'accent sur une des compétences.
Ce programme a débuté en 2000 en évaluant les aptitudes de lecture, puis en 2003 sur les mathématiques et en 2006 sur les sciences.
Un nouveau cycle (2009, 2012, 2015) s'articulera sur ces mêmes compétences.
Le Maroc participera à ce programme pour la première fois en 2018 lors du prochain cycle (pour la lecture).
Pour plus de détails sur ce programme, consultez l'espace PISA sur le site web de l'OCDE.


Programme TIMSS
Quant au programme TIMSS auquel le Maroc participe depuis 1999, il se concentre sur les compétences en Mathématiques et en Sciences (SVT et Physique/Chimie).
Il est organisé par l'IEA (International Association for the Evaluation of Educational Achievement, Association internationale pour l'évaluation de l'efficacité dans le domaine scolaire), une association internationale spécialisée sur la recherche sur l'éducation et basée en Hollande.
Le programme TIMSS a débuté en 1995 et est organisé tous les 4 ans, il évalue les compétences scientifiques de 2 niveaux d'age : le Grade 4 (4ème année de primaire) et le Grade 8 (2ème année de collège).
Ce cycle de 4 ans permet de suivre l'évolution longitudinale puisqu'un groupe d'enfant qui a passé les évaluations du Grade 4 lors d'une édition se retrouvent évalué une nouvelle fois 4 ans plus tard pour les évaluations du Grade 8.
Le Maroc a participé aux éditions de 1999, 2003, 2007 et 2011, pour les 2 groupes d'age.
Les résultats de la dernière édition, 2015, à laquelle le Maroc a également participé, seront publiés le 29 Novembre prochain sur le site de l'IEA sur cette page Résultats TIMSS 2015

Les résultats de toutes les sessions TIMSS sont disponibles sur cet Observatoire TIMSS et PIRLS.


Programme PIRLS (hors périmètre de l'étude)
L'IEA évalue également les compétences de lecture dans le cadre de son programme PIRLS.
Seuls les enfants du niveau de 4ème année de primaire sont concernés par ce programme.
Le Maroc participe à ce programme depuis son lancement en 2001 et renouvelé tous les 5 ans.
Avant dernier du classement en 2001 et 2006, le Maroc a décroché la dernière place lors de la dernière édition en 2011.
L'édition 2016 s'est déroulée en Mars/Avril 2015 et les résultats seront publiés en Décembre 2017.

L'étude dont il est question ici (Compétences de Base Universelles) ne prend pas en compte le programme PIRLS.


Plusieurs pays n'ont participé qu'à un seul de ces programmes, à l'image du Maroc qui n'a participé qu'au programme TIMSS.
Néanmoins, les auteurs sont parvenus à établir un classement unifié en combinant les résultats de ces 2 programmes selon une méthodologie exposée dans une note explicative en annexe du rapport.

C'est dans ce cadre que le Maroc s'est vu attribuer la 73ème place de ce classement (sur 76).

Il faut donc rappeler que ce rapport publié l'année dernière, en 2015, et largement commenté dans les médias marocains, se base sur les résultats du Maroc aux évaluations du TIMSS en 2011.

Au délà de ces résultat très décevant pour le Maroc, on peut cependant saluer l'initiative du Maroc à s'engager dans de telles initiatives et ainsi se situer face :
- aux pays développés (membres de l'OCDE)
- aux pays arabes
- aux pays similaires sur le plan socio-économique


Enseignements de cette étude :
Ce rapport tend à démontrer que l'éducation n'est plus l'affaire des pays riches et développés, et que le développement du capital humain, qui passe par l'éducation, est le premier gage de développement d'un pays.

Extraits des auteurs :

- La division du monde entre pays riches et bien éduqués d’une part et pays pauvres et peu instruits d’autre part appartient au passé.

- La qualité de l’éducation dans un pays est un puissant facteur prédictif de la richesse produite par ce pays à long terme.

- L’objectif des compétences universelles de base a également un sens pour les pays à revenu élevé, notamment les pays producteurs de pétrole. Beaucoup ont aujourd'hui réussi à transformer leurs ressources naturelles en capital physique et en consommation matérielle, mais ont échoué à les convertir en capital humain capable de générer les résultats économiques et sociaux nécessaires pour assurer leur avenir.

- Un message important est donc adressé aux pays riches en ressources naturelles : la richesse qui se cache dans les compétences non développées de leur population est beaucoup plus importante que celle qu’ils puisent actuellement dans leurs ressources naturelles. En outre, le PISA met en évidence une forte corrélation négative entre d’une part l’argent que les pays obtiennent en exploitant leurs ressources naturelles et d’autre part les connaissances et compétences de leurs effectifs scolaires. Le pétrole et le PISA ne font donc pas vraiment bon ménage.
Cela peut s’expliquer par le fait que dans les pays pauvres en ressources naturelles, l’éducation est fortement valorisée et donne d’excellents résultats, au moins en partie parce que la majorité de la population a compris que le pays dépend des connaissances et des compétences, et que celles-ci reposent sur la qualité de l’éducation. En d’autres termes, la valeur qu’un pays accorde à l’éducation peut dépendre, du moins partiellement, de la façon dont il considère que les connaissances et les compétences participent à sa croissance.


TIMSS 2016 : Résultats publiés le 29 Novembre 2016
Rappelons que le résultat de cette enquête se base sur les résultats du Maroc aux évaluations du TIMSS en 2011, et que les résultats de la session 2016 de ce programme seront publiés dans un peu plus d'un mois, le 29 Novembre prochain.

vous devez saisir un titre
vous devez saisir le corps de l'article