18/10/2018 - 06/02/1440 | 0522475281 | info@ecolia.ma

Mon enfant est hyperactif

Mon enfant est hyperactif
  • Publié le 25-09-2012 à 00:15
  • Auteur: La rédaction Ecolia
  • Nombre de commentaires: 0
  • Commenter l'article

Depuis quelque temps vous constatez que votre enfant a une énergie débordante. Il court, s’agite, saute et crie tout le temps…

Mon enfant est hyperactif : que faire ?

Votre enfant ne vous écoute jamais et se déconcentre à la moindre perturbation. Vous avez tout tenté pour le canaliser mais rien n’y fait : votre enfant est peut être hyperactif ?

L’hyperactivité est une pathologie qui toucherait entre 5% et 10% des enfants et adolescents. Elle peut conduire à des difficultés pour l’enfant, notamment à l’école où il a du mal à se concentrer ou à s’intéresser en classe. Il peut alors développer un comportement impulsif qui peut lui causer des problèmes de discipline scolaire. Cela pèse également sur le reste de la famille où les parents accordent à l'enfant hyperactif beaucoup d’énergie et de temps, parfois au détriment des autres enfants. Voici quelques conseils pour vous aider à diagnostiquer et à mieux vivre ces situations.

Définissons l’hyperactivité

Il convient tout d’abord de définir l’hyperactivité pour éviter de tomber dans le diagnostic hâtif, particulièrement face à un cas de trouble de la concentration ou face à un cas d'enfant turbulent. Au sens médical, l’hyperactivité est un Trouble Déficit de l’Attention avec Hyperactivité (TDAH). Son origine est d’ordre neurologique et la confirmation doit se faire par un examen approfondi dans un centre spécialisé. Il est important de souligner ce point car dans le cas d’enfant agité et turbulent ou dans le cas d’hyperactivité avérée le traitement est différent.

Le TDAH se traduit par une difficulté pour l’enfant à filtrer les informations qu’il reçoit. C'est-à-dire que toutes les informations perçues sont traitées par le cerveau dans le « désordre », en faisant parfois passer les choses importantes en second plan, et en accordant plus d’importance à des détails. Il a du mal à se concentrer, à se plier au respect des règles et ne comprend pas toujours l’environnement qui l’entoure, développant plus tard un sentiment de ne pas être compris.

Détecter l’hyperactivité

Les signaux sont décelables parfois dès la naissance, mais en général l’hyperactivité se manifeste entre 3 et 5 ans, au moment des premiers pas à l’école.. Chez le nourrisson on reconnaît les signes d’hyperactivité lorsqu’il pleure constamment, qu’il dort de manière agitée, qu’il crie et semble constamment nerveux sans raison apparente, …

Le plus souvent, c’est à l’école que l’hyperactivité est détectée. A ce moment, les instituteurs ou les enseignants signalent aux parents des comportements à surveiller. L’enfant se retrouve dans un environnement avec des règles qu’il n’arrive pas à assimiler et avez un programme éducatif qu’il n’arrive pas à intégrer. Il a alors du mal à tenir en place et perturbe le groupe : l’enfant a constamment la bougeotte, il n’arrive pas à rester assis à sa place ou immobile lors des séances de jeu, ne peut se concentrer sur un exercice, écouter une histoire jusqu’au bout…

L’alerte est donnée aux parents, qui doivent consulter un médecin spécialisé pour confirmer le diagnostic et décider de la marche à suivre. Si l’enfant présente les 3 symptômes suivants, il est recommandé de consulter un spécialiste :

  • Trouble de la concentration : l’enfant ne reste pas attentif et semble être tête en l’air. Cela s’explique par le fait qu’il ne trie pas les informations qu’il reçoit et se perd entre l’utile et l’inutile.
  • Agitation excessive : l’enfant bouge constamment et ne tient pas en place
  • Réactions impulsives : l’enfant peut d’un coup se mettre à courir dans la rue ou se lever de table pour aller ramasser son jeu qu’il cherchait la veille.

Face à ces situations, les parents sont souvent dépassés et rentrent dans une quête pour aider leur enfant. Il est important dans un premier temps de bien comprendre ce dont souffre exactement l’enfant. Soit il est turbulent, et la solution du problème réside dans l’identification de sa cause (souvent dû à un traumatisme). Soit il est hyperactif, et il est alors important de comprendre la mécanique de son enfant pour identifier tous les troubles dont il souffre et l’aider au mieux à se mettre sur les rails de sa vie.

Les bons gestes au jour le jour

En plus du suivi par un spécialiste, les parents pourront participer à l’épanouissement de leur enfant en mettant en place quelques pratiques de vie. Voici quelques conseils pour mieux aider votre enfant à retrouver le chemin de la confiance.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit : conscient d’avoir des difficultés, notamment par rapport aux autres enfants, l’enfant a peur de ne pas réussir. Enfant il a peur de ne pas faire plaisir à ses parents. Plus tard dans la vie il est constamment angoissé lorsqu'il pense à son avenir. Il est important d’y aller pas à pas, car il s’agit pour l’enfant de nouvelles habitudes et de nouveaux comportements à adopter. Cela prend du temps et il est essentiel d’y aller un pas après l’autre.

Ce travail est d’autant plus difficile que la tendance est de vouloir chercher une solution miracle, parfois en croyant à tort que les médicaments peuvent tout régler. Ceux-ci pourront aider dans les cas extrêmes, mais ne suffiront pas à traiter le problème dans sa globalité. Il s'agit de mettre l’enfant à l’aise sans faire trop de favoritisme par rapport à ses frères et sœurs. Il est recommandé de créer une atmosphère positive pour l’enfant car ce dernier réagit négativement à toute forme de pression ou de stress.

Il faut éviter de trop le challenger (phrase du type « regarde ton frère y arrive »). Il doit comprendre petit à petit qu’il peut y arriver… mais qu’il a le droit à l’erreur ! A l’opposé, il faut bien le féliciter lorsqu’il accompli une tâche avec succès. Et pour encourager la répétition de la situation de succès, lui proposer une récompense lors du prochain succès. L’important pour l’enfant, c’est de multiplier les situations de succès pour reprendre confiance. Dès lors qu’il ne se sent plus « incapable », il vit mieux les situations d’échec et réduit petit à petit ses réactions impulsives.

Organiser l’environnement

Le désordre à la maison, le bruit, les distractions … son autant de facteurs qui peuvent empêcher l‘enfant de se concentrer. Il a besoin d’un espace calme et apaisant pour ne pas perturber sa concentration. Il arrivera plus facilement à faire ses devoirs s’il n’est pas tenté de jouer avec un objet qui se trouve à sa portée ou s’il n’est pas dérangé par quelqu'un qui parle au téléphone à coté. De même, un enfant hyperactif peut être perturbé lorsqu’il y a des invités à la maison par exemple. Etre patient et continuer d’y croire: il est difficile pour les parents de mettre en œuvre tous ces changements. Il faut du temps pour voir des résultats et des changements tangibles dans le comportement de l’enfant. Durant cette période, il faut être patient et faire preuve de retenue lorsque l’enfant n’écoute pas ou n’arrive pas à se concentrer. Chaque cri, chaque remise en question de sa volonté d’y arriver ou chaque punition nourrissent ses difficultés.

Bien que touchant jusque 10% des enfants, l’hyperactivité est une maladie que l’on connaît encore peu. Grâce aux progrès des neurosciences, les chercheurs ont néanmoins entrepris de mieux remonter le mécanisme qui conduit à ses troubles de l’attention. L’enfant hyperactif a besoin de retrouver confiance en lui afin de mieux gérer ses émotions lorsqu'il est face à un problème. Les parents peuvent grandement l’aider en mettant en place un environnement adapté à son épanouissement et en multipliant les situations de succès en lui confiant au départ des tâches simples, et ensuite de plus en plus complexes.

vous devez saisir un titre
vous devez saisir le corps de l'article