20/05/2018 - 04/09/1439 | 0522475281 | info@ecolia.ma

Enseignement de l'arabe en Belgique: controverse sur fond de conflit politique

Enseignement de l'arabe en Belgique: controverse sur fond de conflit politique

En Lançant un appel à promouvoir l'enseignement de la langue arabe en Belgique, le ministre du Budget et de la fonction publique de la Fédération Wallonie-Bruxelles et figure emblématique du Parti socialiste francophone (PS), André Flahaut pensait bien faire. Mais il s'est vu envahi par une vague de critiques de part et d'autres.

Son idée était d'encourager l'apprentissage d'une langue qui participe de la diversité de la société belge. Mais les adversaires politiques du ministre ont été les premiers à réagir à cette initiative, notamment au sein du Mouvement réformateur (parti qui dirige le gouvernement), la qualifiant de proposition "populiste qui cache des ambitions électorales", au moment où le pays s'apprête à organiser les élections communales en 2018 et fédérales en 2019.

L'appel à promouvoir l'enseignement de cette langue dans un pays qui compte une importante communauté arabe et musulmane a été considéré par les adversaires de Flahaut comme un moyen de séduire les électeurs. Son timing a été jugé inopportun. Ils ont également estimé que cette proposition constitue une tentative du parti socialiste visant à redorer son blason après les scandales liés aux rémunérations de certains de ses mandataires publics et qui ont entaché son image ces derniers temps.

Loin des considérations politiques, les opposants du ministre au sein du corps enseignant ont pointé du doigt les difficultés dont pâtit le système éducatif en Belgique en matière d'enseignement des langues principales comme le français, le flamand et l'allemand, notamment dans la région francophone, estimant que l'enseignement de la langue arabe même optionnel, constituera une charge supplémentaire aussi bien pour les professeurs que pour les élèves.

 

Les avis des parents divergent

Sur les réseaux sociaux, les avis des parents sur la proposition du ministre André Flahaut divergent. A l'exception de quelques posts qui ont accueilli favorablement l'idée en tant que moyen de s'ouvrir sur la culture arabe et islamique et d'effacer les stéréotypes ancrés dans les esprits des Européens, la majorité des réactions ont fortement critiqué l'idée d'enseigner l'arabe dans les écoles belges.

Les opposants à cette proposition évoquent le besoin des enfants belges à apprendre des langues qui leur permettraient d'exceller dans leur cursus scolaire et de s'insérer facilement dans le marché du travail comme l'anglais, considérant que l'arabe est une langue étrangère qui s'ajoute aux dizaines de langues parlées par des minorités en Belgique et que son introduction dans le système éducatif ouvrirait la porte aux revendications d'autres communautés.

 

Les arguments d’un professeur de langue arabe

Commentant cette question dans une déclaration à la MAP, le professeur de langue et de littérature arabes à l'Université Libre de Bruxelles, Xavier Luffin, se dit "plus que favorable à l'introduction de l'arabe dans l'enseignement secondaire belge", évoquant comme unique raison "non pas la présence d'une importante communauté d'origine marocaine en Belgique, mais tout simplement le fait que l'arabe est une langue internationale, utilisée dans plus de 20 Etats ainsi que dans de nombreuses instances internationales, ayant un nombre élevé de locuteurs dans le monde entier".

Le Professeur Luffin, auteur de plusieurs ouvrages et de traductions, voit aussi en l'enseignement de l'arabe, un moyen de dissiper les craintes quant à l'exploitation de cette langue dans la diffusion d'un discours qui va à l’encontre des valeurs communes que la société belge aspire à consacrer.

Selon ce professeur universitaire, l'enseignement de la langue arabe dans les établissements scolaires belges "pourrait avoir un effet positif en dissociant langue et religion: l'arabe serait enseigné comme toute autre langue, sans référence à la religion et les parents désireux que leurs enfants apprennent l'arabe ne seraient pas forcés de passer par une école coranique, puisqu'une alternative leur serait proposée".

 

«La langue arabe demeure sous-estimée», selon le poète marocain Taha Adnan

Pour sa part, le poète et écrivain marocain établi en Belgique, Taha Adnan, met l'accent sur les dimensions démographique et pragmatique de l'enseignement de l'arabe en Belgique qui pourrait s'ériger, selon lui, comme un moyen pour rétablir l'image écornée des Arabes après les attentats perpétrés ces dernières années dans plusieurs villes européennes.

L'arabe est une "langue vivante qui a sa place dans le milieu linguistique belge puisqu'elle est classée quatrième sur l'ensemble des langues parlées dans la capitale Bruxelles", souligne Taha Adnan, notant que "l'attachement à l'arabe n'est pas uniquement un choix, mais un acte de résistance à une époque où cette langue souffre de l'impact des perceptions négatives nourries par les mentalités radicales".

Pour l'écrivain marocain, "c'est à travers l’enseignement que nous pouvons contribuer à redorer l'image de la langue arabe dans la société belge pour qu'elle ne soit plus associée à la pensée takfiriste et au terrorisme mais plutôt à la science, à l'art, à la beauté et à la vie".

Cependant, M. Adnan estime qu'en dépit de sa présence dans le tissus social est culturel belge en général et bruxellois en particulier, la langue arabe demeure sous-estimée.

"Malgré l'intérêt grandissant pour l'apprentissage de l'arabe, aussi bien de la part des citoyens arabes que belges, on continue toujours à la marginaliser et à lier son enseignement à l'éducation parallèle dans le cadre des mosquées, des associations et des écoles coraniques ou dans de rares établissements publics de façon facultative", déplore-t-il.

Retrouvez cet article sur le site H24 Info
vous devez saisir un titre
vous devez saisir le corps de l'article